Les abeilles : des génies d’arithmétique ?

Les abeilles, petits insectes pollinisateurs à la base de notre écosystème, sont bien connues pour leur rôle majeur dans la diversité et la reproduction des plantes. Mais ces petits animaux, en plus de maintenir la biodiversité sur terre, semblent également posséder des capacités bien étonnantes…

En juin 2018, Aurore Avarguèz-Weber, chercheuse en éthologie cognitive au CNRS et son équipe publient une découverte surprenante dans la revue Science : les abeilles auraient la capacité de comprendre le concept du zéro mathématique. L’expérience qui a permis de le mettre en évidence est en réalité très simple. Chaque abeille est confrontée à une multitude de feuilles de dessins, sur lesquelles sont présents un nombre variable de motifs. La règle du jeu est simple : l’insecte doit choisir le dessin avec le moins de motifs. Si c’est une bonne réponse, alors l’abeille reçoit une récompense (de l’eau sucrée), mais si elle se trompe, elle se retrouve alors face à une substance amère. Au fur et à mesure de l’expérience, l’abeille comprend l’exercice, et se retrouve finalement face à une feuille vierge, versus une feuille avec des motifs. L’expérience a montré qu’à l’issue de cet exercice, la plupart des abeilles se dirigeaient vers la feuille blanche. Le fait qu’elles soient capables de comprendre que « rien » – ici la feuille blanche – est inférieur à tous les autres nombres – les motifs -, nous permet de dire qu’elles comprennent le concept du zéro ! Il faut savoir que les uniques autres individus ayant cette capacité  sont issus d’une certaine espèce de chimpanzés, ainsi que les humains de plus de quatre ans.

Mais ce n’est pas tout… La même équipe de chercheurs a publié en février 2019 une autre découverte sur les capacités cognitives de ces petits animaux !

Leurs nouvelles expériences ont montré que les abeilles pouvaient effectuer des opérations basiques d’arithmétique, comme l’addition ou la soustraction. Dans leur nouvelle expérience, les chiffres ont été remplacés par des couleurs – les abeilles y étant extrêmement sensibles dans leur environnement. La couleur bleue représente l’addition et la couleur jaune la soustraction. L’expérience se passe à l’intérieur d’une boîte : l’abeille arrive devant une première chambre où est présent un échantillon avec un certain nombre de motifs de la couleur bleue (consigne : addition) ou jaune (consigne : soustraction). Elle rentre ensuite dans la chambre de décision avec deux chemins possibles : un sur la droite avec un échantillon comportant plus de motifs, ou sur la gauche un échantillon en contenant moins. Au fur et à mesure de l’expérience, l’abeille comprend que la bonne réponse pour l’expérience bleue est de choisir l’image comportant le plus de motifs, et inversement pour l’expérience jaune.

Ainsi, avec un peu de matériel et beaucoup de patience, ces chercheurs ont réussi à prouver les impressionnantes capacités cognitives des abeilles. Ces découvertes très prometteuses permettent de mieux comprendre les mécanismes d’apprentissage et la capacité d’abstraction des insectes, et peut-être bientôt des autres animaux. Alors allons nous bientôt découvrir un animal qui sache résoudre le théorème de Pythagore?

Oriane Piedevache–Opsomer

Crédit photo : Yassine M

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.