L’Hypersensibilité

Souvent à fleur de peau, les critiques ou simples réflexions résonnent et vous poussent à l’introspection ? Vos émotions vous submergent souvent, que ce soit la joie ou la tristesse ? Vous êtes peut-être hypersensible ! Pas de panique, vous êtes loin d’être seul, entre 15 et 20% de la population mondiale serait hypersensible.

L’hypersensible répond au monde et le ressent de manière extrême. Donner un véritable portrait de l’hypersensibilité est difficile puisque c’est un état. Il se sent souvent submerger par ses émotions et ne peut se contrôler. La joie, la tristesse ou encore la colère, atteignent leur paroxysme lorsque ces états sont ressentis.  

L’hypersensible et son lien avec le monde

Une personne hypersensible se rend souvent compte de son état à travers son entourage. Ce sont des phrases telles que « tu es trop sensible » – « tu pleures tout le temps » – « tu es une éponge à sentiments » qui, non seulement peuvent agacer, mais aussi mettre la puce à l’oreille …  

Pleurer au cinéma, en écoutant une musique ou même simplement en retrouvant sa famille pour les vacances, c’est le quotidien des hypersensibles. On parle de madeleines de Proust pour évoquer des parfums ou des musiques qui nous remémorent un état de notre enfance,  évoquant ainsi une sensibilité particulière. Dès l’enfance, les individus réagissent de façon extrême au monde qui les entoure, ils s’en imprègnent. Cette sensibilité particulière de l’enfant lui fait vivre chaque instant pleinement. C’est ce rapport au monde que gardent les hypersensibles, ils vivent le monde sans filtre et sont parfois vus comme vulnérables.

L’hypersensibilité se manifeste en effet souvent par les larmes.

Dans la tristesse, dans la joie et dans la colère, les larmes coulent. Celles-ci sont incontrôlables, elles traduisent simplement un trop-plein d’émotion, le besoin de l’exprimer. Cela peut choquer, être incompréhensible pour l’entourage mais ces émotions et cette sensibilité sont normales. Ce n’est pas une maladie, c’est simplement une manière d’appréhender le monde et d’organiser son être par rapport à celui-ci. Il s’agit d’un apprentissage permanent du réel lié à une empathie décuplée.

Un véritable handicap :

Oui, ce n’est pas une maladie mentale à proprement parler, mais il peut s’agir d’un véritable handicap. Dans certains cas, les hypersensibles sont en proie à une fatigue plus grande, une tolérance au bruit bien plus réduite que la moyenne, ce qui les rend vulnérables à toutes les « agressions » extérieures. La colère est souvent accompagnée de larmes, ce qui peut entamer grandement la crédibilité et même le moral des hypersensibles. Mais attention, hypersensibilité ne veut pas dire susceptibilité. Non, ce n’est pas parce qu’un hypersensible se verrouille qu’il est susceptible ou qu’elle a ses règles. C’est simplement une façon de se préserver.

Certains individus tentent de lutter contre leur sensibilité accrue ce qui peut se traduire par un véritable blocage. Il est possible de passer d’une hypersensibilité à une absence de sentiments totale. Un hypersensible peut sembler ne rien ressentir puisqu’il s’est verrouillé, il a fermé la porte d’une partie de lui-même.  Ce « blindage » personnel en raison des « agressions » extérieures peut causer une grande souffrance à l’individu qui ne parvient plus à s’ouvrir au monde qui l’entoure et se retrouve hors de lui-même.

Des solutions ?  

L’hypersensibilité n’est pas une maladie, il n’y a donc pas de traitement médical mais il est possible d’établir des stratégies de contournement. Des « temps calmes » créent une bulle personnelle, où les individus peuvent s’isoler et se recentrer sur eux-mêmes. Cette méthode est surtout utile pour les enfants qui ont bien souvent plus de mal à gérer leurs émotions qu’un adulte hypersensible.

L’écriture (journal intime – lettres) est également une façon de mieux comprendre ses émotions et non pas de les subir. Le papier peut être libérateur. C’est aussi important de pleurer en public et de ne pas avoir peur du regard de l’autre. Qui sait, si c’est vous qui pleurez maintenant, peut-être que c’était la personne en face qui était dans cet état il y a à peine deux minutes.

Apprendre à se canaliser, à s’écouter et à se faire écouter des autres. L’hypersensibilité est une véritable qualité, parfois complexe à gérer, mais une force indéniable.

Clémence VERFAILLIE-LEROUX

 sources : 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.