OCS – Les filles du docteur March

Visuel OCS

L’œuvre reconnue de Louisa May Alcott est remise au goût du jour au service du thème de l’émancipation de la femme grâce à une adaptation emprunte de modernité.

Nous suivons le destin de quatre filles de classe moyenne durant la guerre de Sécession (1861-1865) avec, à leur tête, l’énergique Jo March, jouée par la magnifique Saoirse Ronan. Cette jeune écrivaine au caractère bien trempé incarne le plus ce progressisme féministe. 

A travers  une histoire sincère, le film aborde la question de la quête de soi, de ce que signifie être une femme forte et fidèle à soi-même dans une société où l’idée de mariage arrangé et de dépendance masculine prime. La tante étouffante (incarnée par Meryl Streep) témoigne de ce cloisonnement social, vestige d’une génération patriarcale. A l’inverse, le film met en scène une jeunesse authentique et singulière pleine d’ambitions. Cette idée de transition vers une ère nouvelle est mise en avant par l’ingénieuse chronologie de l’œuvre, mêlant un passé innocent et joyeux à un présent marqué par la dure réalité du monde adulte. 

Oscillant entre couleurs chaudes et lumineuses, tons froids et ternes, le film jongle à travers deux époques dans lesquelles évoluent des personnages féminins riches et émouvants confrontés à un milieu profondément ancré dans ses traditions. Le mariage par intérêt d’Amy, la pauvreté de Meg qui choisit l’amour sincère ou encore la difficulté de Jo à publier ses histoires dans un journal reconnu ; tant de pistes de réflexion que vous retrouverez dans ce film. Loin d’illustrer la dissolution d’une jeunesse heureuse et pleine d’espoir, ce film présente des figures féminines se battant pour revendiquer leur individualité et personnalité propre. 

Histoire de femmes, certes, mais non sans la présence de personnages masculins qui brouillent les frontières d’une simple vision binaire. En effet, à cette lutte féminine sociale et historique se mêlent les thèmes de l’amitié et de l’amour qui expriment ce qu’il y a de plus sincère en nous et qui nous rapprochent, peu importe le genre. 

Vous pourrez retrouver Les filles du docteur March ce mois-ci sur OCS, peut-être cela vous donnera également envie de vous replonger dans l’œuvre de Louise May Alcott.

Margot SIMMEN

Couverture : visuel OCS

Laisser un commentaire