OCS – Le cinéma Coréen : Old Boy : toute question ne mérite pas réponse

«Qui », et « pourquoi » ? Ce sont les deux questions auxquelles Oh Dae-Su, enlevé devant chez lui puis enfermé pendant quinze ans sans en connaître les raisons, tente de répondre dans Old Boy (2003) de Park Chan-Wook.

La vie d’Oh Dae-Su, père de famille à Séoul, prend un tournant inattendu – et pour lui inexplicable – lorsqu’il est kidnappé non loin de chez lui, un soir comme les autres. Enfermé dans un appartement avec une télévision pour seule fenêtre sur le monde extérieur, il se voit accusé du meurtre de sa femme – alors qu’il est toujours en captivité. Il devient clair pour lui que quelqu’un souhaite ruiner sa vie. Alors qu’il est libéré au bout de quinze ans sans plus d’explication, il se lance à la recherche de son ravisseur pour se venger, accompagné d’une jeune femme nommée Mido qu’il rencontre par hasard dans un restaurant. 

Dans un cocktail explosif au scénario imprévisible mêlant thriller, action et histoire d’amour, Oh Dae-Su découvrira petit à petit ce qui le lie à son kidnappeur et aux autres protagonistes croisés sur sa route. Son désir de vengeance, qui l’a maintenu en vie jusqu’ici, se transforme petit à petit en enquête, à la fois dans le présent – qui ? – mais aussi dans son propre passé – pourquoi ? – et qui le mènera à élucider une autre question : pourquoi avoir été libéré après toutes ces années ?

Le personnage principal et le ravisseur, présentés tour à tour comme victimes et coupables, inspirent à la fois empathie et dégoût,  entraînant  le spectateur dans un scénario qui paraît inextricable.

Considéré comme un incontournable du cinéma coréen des dernières années, Old Boy questionne la place du tabou dans la société coréenne et le bien-fondé du désir de vengeance. Toutefois, même si l’on reste attaché à l’intrigue, la violence – physique et psychologique – n’est pas à prendre à la légère et rend parfois le film difficile à regarder. Le but du réalisateur est clairement de déranger.

Lili BENTZINGER

Couverture : Le cinéma coréen – visuel OCS

Source : 

Laisser un commentaire