Tour du Monde : L’irlande et ses Banshees

L’Irlande, pays dont nous sommes séparés par la manche, est peuplée de créatures toutes plus enchanteresses les unes que les autres. Dotée d’une histoire et d’une mythologie aussi riche que Crésus et possédant un folklore qui peuplera vos songes les plus fous. Alma Mater a alors décidé de vous présenter une figure importante de ces légendes irlandaises : la Banshee.

La Banshee est probablement d’origine celtique, il est très difficile de savoir exactement quand est née sa légende. En effet les mythes étaient pendant très longtemps transmis oralement, on ne trouve des traces écrites de cette créature folklorique qu’à partir du VIIIème siècle . Banshee est un mot anglais dérivé de Bean-Sidhe, mot gaélique irlandais, Bean signifiant femme et Sidhe signifiant fée. Le nom Banshee signifie donc femme fée ou bien femme du Sidh. 

La Banshee est une créature issue du folklore irlandais. C’est une femme dont les cris annoncent la mort effective ou prochaine, de quelqu’un. Ce n’est pas une créature malveillante,  elle protège et accompagne les défunts dans l’au-delà.  Au départ, elle était une messagère de l’autre monde : le Sidh, et faisait l’intermédiaire entre les hommes et les dieux. C’était une créature puissante qui fut réduite par le christianisme à l’état de fée, de sorcière ou de fantôme.  Chaque grande famille possédait sa propre Banshee qui la suivait, même si elle déménageait dans un autre pays. 

La Banshee possède diverses apparences : elle peut, par exemple, apparaître sous la forme d’une jeune fille aux longs cheveux hirsutes et au visage pâle portant une longue robe blanche, les yeux rougis par les larmes qu’elle verse. Elle peut également avoir l’apparence d’une jeune fille magnifique, ou, au contraire, celle d’une vieille femme hideuse aux longs cheveux emmêlés portant une robe verte et un manteau gris. Autre qu’humaine, son apparence peut également être celle d’un oiseau comme la corneille. Son cri est le plus horrible qui soit,  mélange d’un hurlement de loup, de cris d’enfants, de celui de femme accouchant et de diverses autres plaintes d’animaux. C’est un cri qui serait, dit-on, audible même durant les plus violentes tempêtes, qui réveillerait qui que ce soit et qui, par son horreur, blanchirait les cheveux de ceux qui l’entendent. La Banshee tient parfois près d’un cours d’eau pleurant et lavant le linceul du futur mort… Les Banshee se réuniraient parfois ensemble pour crier et se lamenter, chose rare et signe de l’arrivée d’une grande catastrophe.

Les Banshee seraient également la descendance de la déesse celtique de la guerre, Morrigan, une des formes de la déesse Brigit (déesse majeure de la guerre, de la magie et des arts). Morrigan est liée à la mort et annonce le trépas en se présentant sous la forme d’une corneille au bec ensanglanté, d’une louve ou d’un corbeau. Elle est le plus souvent décrite comme une jeune femme à la beauté irréelle et époustouflante mais est parfois représentée comme une repoussante vieille femme.

La légende de la Banshee perdura jusqu’au début du XXème siècle et est encore aujourd’hui racontée dans certaines familles irlandaises. L’Irlande est ainsi bercée par un univers de magie et d’enchantement. À vous, maintenant, de plonger dans ce monde peuplé de fées, de leprechauns, de merrows, de Kelpie, de Selkie… et de découvrir un monde de sorcellerie, de mystère et de fantasmagorie.

Auriane KRETZ-JACQUARD

Couverture : Dunlewy Church Ruins by Gary McParland

Source :

Laisser un commentaire